12/09/2007

Bernard Beauzamy: Réchauffement climatique, mystifications et falsifications .

L’ARGUMENTATION DE MICHEL

 

Comme vous pouvez le voir sur le chat du site, un dénommé Michel est intervenu pour nous présenter son opinion sceptique sur le réchauffement climatique, je cite :

 

«Excellent film qui change des niaiseries habituelles des ayatologistes de la pensée unique sur le réchauffement climatique qui serait provoqué par l'activité humaine. »

 

Son intervention fait suite à la video sceptique « The great global warming Swindle » publiée sur la page « VIDEOS » du culte de la Nature.

La publication de cette video sur ce site prouve bien s’il en est, que je reste objectif et ouvert à toutes les critiques.

 

Ma réponse à Michel (toujours sur le chat ci-dessus) fut la suivante :

 

« Allons Michel, faudrait peut être apprendre à analyser les choses avant de se prononcer. Quant à tes niaiseries ayatologistes, il me semble que faute de démonstration, c'est du sophisme »

 

Et Michel, sur de son coup n’a pas tarder à « démontrer » sa théorie, du moins le pense t’il.

 

«Les variations climatiques existent depuis des millénaires (il a déjà fait beaucoup plus chaud au moyen age pendant 200 à 300 ans...) et l'homme n'y est pour rien aujourd'hui comme hier. Lire l'article trés documenté de john L Daly "Falsification de l'histoire climatique pour "prouver" le réchauffement.

Article téléchargeable en .pdf sur : www.scmsa.com / articles / falsification.pdf Bonne lecture :).

Autre source de réflexion pour ceux qui souhaitent rester critique : www.scmsa.com et cliquer sur "le réchauffement climatique : mystifications et falsifications" après être rentré dans la page en français. »

 

Examinons donc ces preuves incontestables de sa vision sceptique : 

 

Il s’agit donc de l’article « Réchauffement climatique : mystifications et falsifications » écrit par un ingénieur mathématicien Bernard Beauzamy, PDG de  Société de calcul Mathématique SA à Paris.

Article écrit en 2001 et rectifié en Février 2006 (Retenez bien ceci, car cela a toute son importance dans l’analyse qui va suivre)

 

Commençons donc par voir la position de ce mathématicien face aux modèles.

 

Noname3

 

Voilà donc ce que j’appellerais une personne qui se croit au dessus de toutes connaissances, si l’on suit son raisonnement, seul le mathématicien peut vérifier la validité des modèles, qui plus est concernant la climatologie déjà très complexe et englobant une multitudes de sciences interdépendantes. Mais pas de problèmes, notre homme connaît toutes ces sciences, et lui seul est capable de les vérifier.

Je dirais,…….génial, confions donc le rapport du GIEC à la SA Société de calcul mathématique de Paris.

 

A partir d’une telle vision de sa propre personne, il n’est dès lors plus étonnant de découvrir les énormités et contradictions qui vont suivrent.

 

Noname6

 

Nous voici donc avec un individu qui prétend connaître toutes les études scientifiques faites en matière climatique, les avoir analysées, et en avoir décelé leur insuffisance.

Il va même encore plus loin, en prétendant que même de futures études ne permettront aucune conclusions supplémentaires. Outre les mathématiques, monsieur Beauzamy doit avoir des dons de visionnaire.

Cela ressemble encore une fois à du soufisme, mais je ne suis pas étonné, car c’est là le terrain favori des sceptiques.

 

Noname8

 

Alors là, chapeau, élémentaire mon cher Beauzamy, vous avez du réfléchir longtemps à ces phrases d’anthologie.

Petit rappel Monsieur le mathématicien, pour les énergies renouvelables, nous parlons à échelle humaine.

« Une énergie renouvelable est une source d'énergie se renouvelant assez rapidement pour être considérée comme inépuisable à échelle humaine de temps. »

Pour l’effet de serre, nous sommes sur la bonne voie, vous allez pouvoir quantifier vos économies, d’argent, mais pas de santé, pour cela il vous faudra la bénédiction de la Nature, ce dont je doute que vous compreniez.

 

Noname9

 

Il est tout de même bizarre de constater que pour un sceptique, Beauzamy condamne les mesures plus anciennes, ce qui pourtant est le terrain de prédilection des sceptiques.

Même si je le dis souvent, l’on ne peut comparer le passé avec la situation actuelle, car l’homme rejette aujourd’hui une grande quantité de composés chimiques dans l’atmosphère.

 

Pourtant, malgré sa critique des relevés anciens (10,50,100 ans) qu’il qualifient de « peu fiables », Beauzamy n’hésite pas à plonger encore plus loin et d’énumérer des « preuves » encore moins fiables.

 

Noname10

 

Ou encore, je cite  « observé avec la plus grande rigueur,……….., depuis 200 ans » !!!!

 

Noname12

 

Comme quoi, la contradiction est de mise, et les anciennes mesures sont très précises lorsqu’elles servent le plaidoyer.

Sur ce dernier extrait, l’on pourra encore vérifier la rigueur et la connaissance du problème climatique dont fait preuve Beauzamy.

Remarquer à la fin de l’extrait, la référence mentionnée pour appuyer son texte.

Je cite la fin :

Plus précisément, le niveau de la mer, qui,………….. ; il n’y a aucune accélération récente. Voir(2)

Et bien allons-y, voyons ce 2

 

Noname13

 

 

En 2 nous avons donc Christy et Spencer, Global température report,1978-2003

Cette référence a  attiré mon attention, car Christy, utilisé dans le documentaire sceptique, n’est pas un scientifique s’occupant de la montée des océans, mais plutôt un professeur en sciences atmosphériques, dont les études concernent le comportement de l’atmosphère.

 

Explication des détails concernant cet argument sceptique utilisé dans GGWS

Christy avait étudié le comportement de la troposphère qui tentait à montrer que le réchauffement actuel est beaucoup plus important au sol qu'à 10 km d'altitude (alors que, d'après les modèles, le réchauffement devrait être plus rapide à 10 km qu'au sol s'il n'était imputable qu'au seuls gaz à effet de serre), ce qui était alors un argument de poids au moulin sceptique.

L’étude citée à tord par ce cher beauzamy (si rigoureux) pour documenter la montée des eaux est en fait en rapport avec ce problème de troposphère.

Malheureusement pour les sceptiques, cet argument de poids fut démonter très rapidement par Christy lui-même qui se rendit compte avoir réalisé certaines erreurs, et après correction, la troposphère se réchauffe aussi rapidement que la surface. (Voir cette étude)

 

Examinons maintenant ce que nous dit Beauzamy concernant le CO2

 

Noname11

 

 

Voilà bien une affirmation qui ne devrait pas trop enchanter les sceptiques, eux qui s’accrochent à ces forages pour démontrer que c’est plutôt la température qui précède  le CO2 et non le contraire (et pourtant), sans le vouloir Beauzamy va ici à contre sens.

 

Plusieurs forages ont été effectués, permettant de remonter environ 600.000 ans dans le passé et pouvoir ainsi approcher, comme le dit très bien Beauzamy, une « estimation » de ce que pouvait contenir l’atmosphère par le passé.

Ces mesures nous apprennent (Petit et Al, nature juin 1999) que les concentrations de CO2 avant 1750 sont constantes sur plus de dix mille ans, et n'ont jamais dépassé la valeur de 1750 (280 ppmv, alors qu'en 2005 nous sommes déjà à 380) pendant les 650.000 ans qui ont précédé 1750.

 

Vostok400000simple

 

Lorsque Beauzamy nous dit que les mesures de CO2 sont réalisées à certains endroits de la planète et que de ce fait, l’on ne peut en généraliser les mesures à la Planète entière, c’est oublier que le CO2 séjourne suffisamment longtemps dans l’atmosphère pour que la concentration de ce gaz s’homogénéise à à la surface de la Terre.

 

Les derniers siècles durant le dernier millénaire, et ceci jusqu’aux derniers siècles, les teneurs de l’atmosphère en CO2 et CH4 restent stables, montrant de plus faibles variations d’environ 10 ppmv pour le CO2 et 70 ppbv pour le CH4 autour des valeurs caractéristiques du climat interglaciaire.

Depuis la fin du 18ème siècle, une augmentation progressive et continue est enregistrée. Les valeurs ainsi mesurées dans les glaces se raccordent remarquablement avec les valeurs mesurées in situ dans l’atmosphère depuis 1958 pour le CO2 et 1978 pour le CH4.

Cette évolution aboutit à l’heure actuelle à une augmentation d’environ 25% de la teneur en CO2 et environ 150% de la teneur en méthane. Elle est le résultat de l’activité anthropique particulièrement développée depuis le début de l’industrialisation.

Les archives glaciaires permettent de replacer cette évolution dans le contexte naturel : depuis plusieurs centaines de milliers d’années les niveaux naturels de ces gaz n’ont jamais excédés 280 ppmv (CO2) et 750 ppbv (CH4) ; elles atteignent aujourd’hui respectivement de 380 ppmv et 1700 ppbv.

L’enregistrement de l’évolution de ces deux gaz par les glaces montre donc une augmentation spectaculaire attribué à l’impact de l’activité humaine sortant largement des variations naturelles enregistrées depuis plusieurs centaines de milliers d’années.

 

Beauzamy soumet aussi le problème de la vapeur d’eau qui est également un puissant gaz à effet de serre, et personne ne dit le contraire.

Seulement il semble ignorer le résultat de cette étude.

L’atmosphère étant saturé en CO2 , les arbres, qui captent ce CO2 et rejettent de la vapeur d’eau ne font qu’accroître la quantité de vapeur d’eau présente dans l’atmosphère.

L’augmentation de vapeur d’eau est donc bien liée à l’excès de CO2 présent dans l’atmosphère.

Ce qui entraîne irrémédiablement une hausse des températures.

Il s’agit donc d’un cercle sans fin, plus il fera chaud à cause de tous les GES,  plus il y aura de photosynthèse et d'humidité rejetée dans l'air.

Plus l'atmosphère sera humide, plus il fera chaud.

Et pour compliquer un peu les choses, une autre étude parue dans Nature démontrait qu'après un seuil critique, les arbres ne transforment plus le CO2 en oxygène, mais expirent bien du carbone.

 

Revenons en maintenant à ce que j’ai mentionné en début d’article, je cite :

«Article écrit en 2001 et rectifié en Février 2006 (Retenez bien ceci, car cela a toute son importance dans l’analyse qui va suivre) »

L’article de ce très cher Beauzamy a été rectifié en 2006, et pour cause, l’actualité de 2005 ayant mis à mal ses élucubrations « fantaisistes », ce fut necessaire.

Lisez plutot cet extrait, qui lui est bien de 2001.

 

Noname12

 

 

J’ignore si le « Mathématicien » se réjouit encore, mais malheureusement pour lui, l’actualité des années suivantes n’est en rien venue confirmer ses affirmations qui n’ont d’ailleurs aucune base scientifique.

Tempêtes, cyclones, inondations et excès climatiques en tout genre sont bien plus fréquents ces dernières années.

Mais la cerise sur le gâteau fut bien la saison cyclonique Atlantique 2005 qui a bien forcé Beauzamy à revoir sa copie, ce qui fut fait en 2006 avec notamment l’ajout de ceci :

 

Noname13

 

 

Encore un ramassis d’inepties et de mensonges, à moins que ce soit tout simplement de l’ignorance.

Les ouragans de catégorie 4 et 5 ont bel et bien augmentés.

 

 

Noname15

 

 

D’après Webster et Al, Science, 16 Septembre 2005, le nombre annuel moyen de cyclones de catégories 4 et 5 a plus que doublé en 30 ans, avec une part dans l'ensemble des cyclones qui est passée de 17% à 35% environ.

Vu le réchauffement des Océans, ce qui constitue le moteur des ouragans qui se renforcent au contact des eaux plus chaudes, il est à craindre que les ouragans soient de plus en plus puissant. Tous les renseignements ici

 

Pour ce qui est de la mesure des vents, depuis le 19 ème siècle l’on est capable de mesurer des vents de 120km (ouragan catégorie1) grâce à l’échelle de Beaufort (toujours utilisée).

Pour les catégories supérieures, je pense que l’ampleur des dégâts pouvait donner certaines indications sur l’intensité.

Depuis le 18ème Siècle existe aussi l’anémomètre, qui sert à mesurer les vents.

L’on peut dire qu’après la seconde guerre mondiale et l’arrivée des ordinateurs, les mesures issues des anémomètres permettait de mesurer assez précisément la vitesse des vents.

Actuellement, les anémomètres sont disposés sur des bouées en plein Océan ou accrochés à des ballons sondes. Ils sont reliés aux satellites et donnent les mesures en temps réel.

Maintenant, si l’on considère le reproche de Beauzamy concernant les vents supérieurs à 250km/heure, oui, ils sont mesurés, et même si l’on ne mesurait que les vents de 250km/heure, ce serait suffisant pour savoir que l’on à a faire à un ouragan de catégorie 5 et donc des dégats catastrophiques.

 

Continuons donc l’examen de la position Beauzamy, qui, comme tout sceptique qui se respecte, aborde le problème de la « Crosse de Hockey »

 

Noname16
 

De nombreuses études ont été éffectuées pour tenter de retracer le climat des 1000 dernières années

 

Noname19

 

Celle présentée par Mann et Jones 1998 fut celle retenue par les experts du GIEC et publiée de la manière suivante :

 

mannhockeystick0ad

 

 

Ce graphique fut par la suite communément nommé « la crosse de hockey » ou le « Hockey stick ».

Dans son étude, Mann en est arrivé à la conclusion principale que la hausse des températures actuelle est la plus forte enregistrée depuis le dernier millénaire.

Peu de temps après, le « hockey stick » est devenu un véritable débat, les sceptiques se sont emparés de ce qu’ils ont cru être un argument de taille pour décridibiliser le GIEC, et toute la théorie du Réchauffement climatique.

En arguant que ce graphique est faux, ils ont proposé leur propre graphique ou l’effet du petit age glaciaire et de l’optimum médiéval y est largement amplifié et la représentation bien plus simpliste

 

ipcc1990
 

 

Bref, toute cette polémique est démontée ici

 

 

Cette reconstitution a démontré que le récent réchauffement observé depuis les années 1950 est sans précédent dans l'histoire. La dernière partie du graphique affiche donc une hausse considérable, l'extrêmité de la courbe étant pliée pour prendre la forme d'une crosse de hockey. La théorie de la crosse de hockey a été vivement remise en question par des scientifiques et des républicains américains soutenant que les scientifiques avaient délibérément atténué les variations de températures antérieures afin de justifier la hausse considérable actuelle. La dispute a finalement été réglée sur demande du Congrès américain par un groupe d'experts, lequel a largement soutenu la représentation de la crosse de hockey.

Voici la conclusion des experts de la National Academy of sciences

 

 Outre cela, et pour conclure sur cette partie, je pense qu’il est inutile de s’accrocher au dela du raisonnable sur les données du Passé pour comprendre ce qui se produit aujourd’hui. La situation n’est pas comparable, le réchauffement actuel se produit sur une échelle temps beaucoup trop rapide.

De plus, par le passé, l’Homme n’a jamais influencé l’effet de serre comme il le fait aujourd’hui. Notre société de consommation déverse toute une série de substances chimique dans les eaux et dans l’Atmosphère.

 

Lorsque Beauzamy parle des énergies renouvelables, là, j’avoue qu’il est unique en son genre.

Voyez plutôt :

 

 

100

 

Ce qu’il avance là, même si, peut être, issu d’un raisonnement logique, sera à mon avis encore plus difficile à prouver que notre influence sur l’effet de serre.

Mais il va encore plus loin, lui qui se veut pourtant doté d’un raisonnement d’une rigueur mathématique et qui plus est sceptique

 

101

 

 

Ok, c’est clair, récoltons les bouses de vache, faisons en de l’Uranium, et l’on règle d’un coup le problème du NH4 et du CO2, simple, non ?

Quand à sa bactérie qui fabriquera à la vitesse VV’ du pétrole, cela en dit long sur le complexe de supériorité de Monsieur Beauzamy vis-à-vis de la Nature, et sa considération égoïste de ce que nous pourrons offrir comme avenir pour nos Enfants.

Enfin, je me dois quand de nuancer le charisme de Beauzamy, il pense à nos descendants, mais très, très lointains, car pour lui il serait bon que nous puissions influencer l’effet de serre et le renforcer pour le jour ou ,……., le Soleil s’éteindra !

 

 

102

 

Il m’épate, il connaît la science mieux que personne, car il envisage la survie des Hommes dans un Monde dépourvu de Lumière.

Si l’on sait que la lumière est la condition sine qua non à la vie sur terre, Beauzamy doit disposer de sources extraterrestres pour fonder ses scénarios.

Toutefois il prévoit quand même des solutions au cas ou le réchauffement conduirait quand même aux scénarios du GIEC,  IL N’Y AURA QU’A :

 

 

103

 

 

Simple non ?

Nous élèverons des digues, transfèreront les populations, et tout cela en toute simplicité !

Lorsqu’il parle de digue, il faut bien comprendre que dans le cas du pire des scénarios, ce sont des « murailles de Chine » sur des centaines de millier de kilomètres, et sur des hauteurs bien plus impressionantes qu’il nous faudra construire, de quoi faire pâlir les Egyptiens.

Bref, Beauzamy, une logique bien à lui, doublé d’un esprit d’analyse très lucide et réaliste ! (Enfin, façon de parler ;-))

 

Mais bon, voyons la suite, sceptique, c’est sceptique, et voici venu le rejet de la responsabilité humaine, et l’accusation du Soleil et des volcans.

 

115

 

117

 

 

Tout d’abord, il serait peut être bon de rétablir une vérité que tentent d’occulter les sceptiques.

Personne ne conteste l’influence des forçages naturels sur le climat !

S’il est certain que ces forçages ont pu déterminer principalement le climat durant la période pré industrielle, il est aussi certain que à notre époque, ce n’est plus le cas.

Le Soleil et les volcans ont toujours eu une influence sur le climat, même si parfois contradictoire et opposées. Le GIEC en a tenu compte pour l’élaboration de ses rapports.

 

Noname

 

 

Sur ces graphiques, l’on constate en gris la représentation du forçage naturel (graphique 1), du forçage humain (graphique 2) et de la combinaison des deux (graphique 3).

La conclusion tirée par le GIEC et qui saute aux yeux d’après ces graphiques est que le forçage naturel seul n’explique pas le réchauffement actuel, par contre, il faut combiner forçages naturel et humain pour arriver à coller à la courbe rouge des anomalies de température.

Il devient dès lors évident que les émissions humaines sont loin d’être négligeables.

Dans son avis sur les forçages climatiques et sa conclusion « puérile » que l’homme n’est pas responsable, Beauzamy omet de tenir compte de la réalité actuelle.

Si cette conclusion a pu être valable jusqu’au début du 20ème siècles, elle ne l’est plus après.

De plus, il est communément admis que les aérosols issus des éruptions volcaniques ont plutôt tendance à refroidir le climat que de le réchauffer.

Seules de récentes études viendraient argumenter un réchauffement hypothétique des océans par les boues issues de volcans sous marins (Mais pour le prouver et le quantifier, ce serait une autre affaire).

Tout ceci vient encore démontrer que l’on peut tirer des informations précieuses issues de l’observation du climat passé de la Terre, mais l’on ne peut comparer et encore moins anticiper l’évolution du futur sur base du passé.

Les situations et forçages entrant en jeu actuellement représentent une situation tout à fait nouvelle et jamais observée.

Pour en finir, faire tant de « blabla » pour conclure que l’homme n’est pour rien sur les forçages naturels, là s’est digne d’un élève de primaire.

Qui pourrait contredire Beauzamy sur ce coup là ?

Pas moi en tout cas, je lui donne entièrement raison !

 

Nous arrivons tout doucement au bout de cette analyse, mais vu la quantité de raisonnements risibles trouvés dans ce document, je ne peux m’empêcher de vous les faire partager.

 

Comment devenir expert indépendant auprès du GIEC d’après Beauzamy :

 

1

 

 

Donc, c’est officiel, sachez que j’ai décidé de devenir expert auprès du GIEC !

J’ai un ordinateur, j’ai une blouse blanche, j’ai une web cam, et sans trop chercher, je peux prédire quelques catastrophes à venir.

 

Beauzamy en plein exercice de soufisme, domaine dans lequel il excelle

 

2

 

 

C’est bizarre, j’ai du mal à partager ses « impressions », car j’ai beau observer nos hommes politiques Belges, j’avoue avoir difficile de les trouver impliqués dans la gestion écologique de la Planète.

Quant au rapport du GIEC, je le trouve au contraire bien appuyé par les études et données scientifiques en matière de climatologie.

Quant à arriver à interdire ce qui nous est nuisible, j’avoue qu’il y a peu de domaines ou cette procédure a donné de bons résultats lorsque cela concernait des activités génératrices de gros bénéfices financiers.

Heureusement que l’opinion publique s’émeut de temps à autres.

 

Et puis, tant qu’on y est, tous dans le même sac !!!

 

3

 

Pour un mathématicien, l’on ne pouvait pas s’attendre à mieux !

Voila son équation :

 

Sorciers qui jettent des sorts + prêtres qui diabolisent + experts du GIEC + informaticiens du bug de l’an 2000 = disparition esprit critique

- Poincaré est bien mort     CQFD

 

Enfin, comme je me suis bien amusé, et que je viens de comprendre que le ridicule ne tue pas, je laisse la conclusion à Beauzamy, polluons à l’unisson !

 

4

5

 

 

Marrant cette dernière phrase.

« L’Homme, ce n’est pas nouveau, a tendance à se donner une importance qu’il n’a pas »  n’est ce pas Beauzamy ?

 

Et pour terminer, évitons de généraliser, car il existe ce genre d’Ingénieur parlant du climat, mais heureusement, il en existe d’autres bien plus informés du problème climatique.

16:51 Écrit par Geronimo dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Il y a des hommes qui pensent tout savoir... et qui le disent haut et fort... même si ils se plantent!
Et il y a des hommes qui admettent ne pas tout connaître et ne s'avancent pas sur ce qu'ils ne maîtrisent pas.
Je constate que Beauzamy est dans la première catégorie...

Écrit par : Justin | 12/11/2007

Ingénieur R&D Telecom On pourrait tout aussi bien s'amuser à découper l'argumentation de l'auteur de la même manière qu'il l'a fait avec l'éditorial de Beauzamy, en prenant des expemples qui se voudraient tout aussi sérieux et tout aussi contradictoires. Le site climat-sceptique.com en est truffé si l'on veut.

Alors face à ces assauts de contradiction, qui sont le propre des matières scientifiques de type climatologie qui modélisent beaucoup et pour lesquelles il est difficile de valider expérimentalement les assertions, et bien on fait comme Haroun Tazieff en son temps à propos des aérosols sur la couche d'ozone, on se sert de son bon sens et on en tire la fatale conclusion : l'influence humaine sur le climat c'est absurde.

Écrit par : Alex | 21/12/2007

Votre article est ridicule. Comment pouvez-vous avoir l'aplomb d'énoncer sans honte des assertions comme "je pense qu’il est inutile de s’accrocher au delà du raisonnable sur les données du passé pour comprendre ce qui se produit aujourd’hui" après avoir bâti l’essentiel de votre argumentaire sur des causalités inter-temporelles supposées ? Votre prétendue réfutation n’est qu’un amoncellement d’emprunts dont la valeur, comme le fait justement remarquer Alex, ne dépasse pas la partialité des choix que vous avez effectués. Vous seriez plus convaincant en adoptant un ton plus humble et moins agressif (ne cédez pas à l’incontinence émotionnelle que semblent susciter vos frustrations et votre hostilité refoulée envers les sceptiques !), en étant plus rigoureux, en vous limitant à une ou deux thèmes sur lesquels vous pensez pouvoir avancer une contribution valable et authentique. Et surtout, pitié, écrivez en français. Votre article comporte une cinquantaine de fautes !

Écrit par : Etienne de Malherbe | 23/07/2008

vous avez dit sophisme Si Beauzamy est le roi du sophisme, alors vous êtes empereur. En ce qui concerne votre théorie du CO2 qui fait augmenter l'humidité atmosphérique, consultez donc les données de la NOAA, avant d'écrire des âneries :
http://www.cdc.noaa.gov/cgi-bin/data/timeseries/timeseries1.pl
Vous constaterez que l'humidité atmosphérique n'a cessé de diminuer de 1948 à aujourd'hui.Prenez aussi connaissance des mesures faites par satellite lors de la mission ERBE 1984-1999. Quand à la saturation de la photosynthèse, vous apprendrez dans n'importe que manuel de biologie végétale que les plantes se régalent dans des serres où le taux de CO2 a été porté à 1500 ppm. Nous avons donc de la marge ! Bref, documentez-vous. Votre glose y gagnera en crédibilité.

Écrit par : Saint Thomas | 28/08/2009

J'ai pris cette extrait sur un autre site:

Pour ceux qui ne pensent pas que le réchauffement est un phénomène à prendre au sérieux, je vais donc considérer les deux principales attitudes possibles face à la menace climatique à la manière de Pascal: une réaction où rien n'est fait et l'autre où l'on fait tout pour éviter la pollution.
Première hypothèse avec aucune réaction de la part de tous les gouvernements, mais aussi des individus. Plusieurs pays limiteraient leurs émissions, d'autres réagiraient faiblement et d'autres encore pas du tout. Ainsi le taux de carbone dans l'atmosphère terrestre ne cesserait d'augmenter.
Dans cette hypothèse, on peut croire la majorité des scientifiques qui tirent la sonnette d'alarme: dans ce cas, on se retrouverait dans un monde en plein changement, avec une montée des phénomènes extrêmes (les incendies seront plus nombreux à cause d'une plus grande sècheresse, les orages et les tempêtes seront plus violents, les pluies violentes seront plus nombreuses provoquant coulées de boue, inondations…, des canicules plus nombreuses. Bien-sûr le nombre de victimes et de dégâts seront très élevés et donc très chers. Des impôts en plus pour les générations futures.). Mais aussi des migrations importantes (plus de 200 millions de réfugiés), un spectre de la faim qui menace les pays du sud, le paludisme en France…

Mais pire encore, on risque, d'après ces scientifiques, un emballement qui ne dépendrait plus des émissions humaines, un cycle vicieux qui pourrait aboutir à des dégâts colossaux à long termes où les hommes devront ralentir très fortement leurs activités et même leur quasi disparition.

Mais ce qui est certain, si les hommes réagissent au dernier moment et se rendent compte de leurs erreurs, le coût imposé serait immense.



Mais si l'opinion majoritaire était erronée ? Et si le réchauffement n'était qu'une illusion, ou que le réchauffement n'était qu'une conséquence du cycle naturel du soleil ou une tout autre hypothèse non lié aux émissions humaines et que ces températures redeviennent normales après quelques années de frayeur. Tout le monde serait heureux et de nombreux scientifiques seront honteux de voir qu'aucune de leurs hypothèses ne se vérifient.



Et à présent, l'autre hypothèse. Les hommes se mobilisent tous et on arrive à limiter très fortement les émissions grâce notamment à des changements politiques aux Etats-Unis. Le réchauffement se ralentirait et les drames climatiques seront moins forts que prévus (On risque malgré tout de subir des conséquences désastreuses mais moins violentes qu'au début de mon explication). On aura donc survécu de justesse à un cataclysme planétaire et les générations futures seront heureuses des efforts accomplis par les « anciens » c'est-à-dire nous.

Mais si dans cinquante ans rien ne se passe, comment départager les personnes qui pensent qu'il n'y a jamais eu de réchauffement et les autres ?

Et bien tout simplement en comparant les bénéfices de notre société d'aujourd'hui, et celle basée sur le durable avec énergies renouvelables, l'agriculture biologique, moins de déforestation, ….

Et on peut observer qu'une société de demain sera nettement meilleure que celle d'aujourd'hui. La planète serait en bien meilleure santé avec un renouveau des forêts et donc des espèces aujourd'hui menacées. Mais si on réfléchit un peu, les mesures qui permettraient de faire face à la menace climatique mériteraient d'être prises :

- afin de diminuer la pollution et les effets néfastes qui en résultent pour la santé publiques (il faut rappeler que les pesticides, les autres produits chimiques industriels utilisés dans les cosmétiques, les aliments sont la cause d'un bon nombre de cancers, que la pollution aérienne accentue le nombre de cas asthme et aussi du cancer du poumon)



- mais aussi afin de réduire les menaces de pénuries et les perturbations sociales qu'elle pourrait provoquer. (le spectre de la faim menace plus que jamais les pays du sud. Peut-être faut-il rappeler les émeutes qui ont eu lieu en mai 2007 au Philippines, au Maroc, en passent par la Somalie ainsi que de nombreux pays du tiers monde. Le 5 mai, des policiers ouvraient le feu, à Mogadiscio, sur la foule qui manifestait car ils avaient tout simplement faim. Et oui des êtres humains se battent chaque jour pour manger.)



- afin d'éviter les conflits meurtriers pour le contrôle des zones pétrolières, des zones minières et des cours d'eau (Il faut rappeler qu'il nous reste 42 ans de réserve au rythme actuel de consommation pour le pétrole 64 ans pour le gaz, on peut espérer 70 ans de réserve avec les découvertes de pétrole futures. Pour les métaux, l'or, l'argent, le zinc l'étain, le palladium, et le plomb ont des réserves actuelles inférieures à 20 ans au rythme actuel de consommation, le cuivre et le nickel ne sont pas loin avec moins de 50 ans de réserve au rythme actuel de consommation.)



Ainsi ce n'est pas à la majorité des scientifiques de démontrer que la menace est réelle. Mais c'est aux autres de montrer que les mesures sont bénéfiques et qu'il faut suivre ce chemin.



Car si nous nous montrions incapables de changer nos comportements et que la menace est réelle, nous aurions tous perdu, mais si nous parvenions à changer radicalement nos comportements et que la menace se révélait illusoire, nous n'aurions absolument rien perdu.



Et si la menace climatique était réelle et qu'elle n'était pas la conséquence des émissions humaines, nous aurions au moins essayé de faire quelque chose et nos enfants seront fiers de nous. En plus si on limite les émissions fortement, dans ce cas-là, nous aurions la preuve si c'est nous ou si c'est quelque chose d'autre qui rejette du CO2.

Donc la meilleure des solutions est d'agir comme si vous croyez pleinement au réchauffement et commencez à agir dès maintenant.

Si vous ne me croyez pas, ne mangez pas pendant 2, 3 jours et vous endurerez à peine 1/10ème de la souffrance qu'endurent et qu'endureront des milliards d'être humains.

Si vous ne voulez pas vous faire souffrir inutilement, soyez humains.

La sagesse, c'est aussi s'ouvrir à toutes les possibilités, en connaitre toutes les conséquences.


http://www.forumfr.com/sujet307827-le-rechauffement-climatique.html

Écrit par : Alexis | 03/09/2009

Pathétique !!!! La crosse de hocket de mann a été descridité depuis belle lurette, elle ne figure meme plus dans les rapports du giec en 2004.
http://www.lepost.fr/article/2009/08/31/1675722_on-a-retrouve-l-optimum-medieval_1_0_1.html
Cette article n'est rien d'autre qu'un torchon mal documenté

Écrit par : Pecqror | 15/09/2009

Les commentaires sont fermés.